Bernard Pagès, Élancées de fêtes, mais tenant au socle du monde de James Sacré

Bernard Pagès, Élancées de fêtes, mais tenant au socle du monde de James Sacré

29,00 

Bernard Pagès, Élancées de fêtes, mais tenant au socle du monde
de James Sacré (2009)

Format 16,5 x 21,5 cm, 96 pages
ISBN : 2-908092-54-9

Catalogue accompagnant l’exposition de Bernard Pagès à Aix-en-Provence.
Commissaire d’exposition : Evelyne Artaud.
Nombreuses reproductions en couleur : 29,00 €

000

Bernard Pagès, Élancées de fêtes, mais tenant au socle du monde
de James Sacré (2009)

Format 16,5 x 21,5 cm, 96 pages

Catalogue accompagnant l’exposition de Bernard Pagès à Aix-en-Provence.
Commissaire d’exposition : Evelyne Artaud.
Nombreuses reproductions en couleur : 29,00 €

Bernard Pagès est un sculpteur français contemporain né à Cahors dans le Lot en 1940. Il participa à l’aventure Supports/Surfaces. Bernard Pagès arrive en 1959 à Paris. C’est à l’Atelier d’Art Sacré qu’il prend conscience de l’accessibilité de la sculpture. En 1967, l’artiste abandonne la peinture et la sculpture traditionnelle après une exposition des Nouveaux Réalistes à Nice. Il initie le mouvement Supports/Surfaces en 1967. Il utilise des matériaux abandonnés pour réaliser ses sculptures, puis il assemble briques, bois, carrelage, pierre, gravier, tuyaux… Il classe ses ensembles par Inventaires, Nomenclatures, Enumérations. Au fil du temps, son travail s’oriente vers des oeuvres de plus en plus colorées et baroques.
Source : http://www.bernardceysson.com/galerie-ste-artiste-Bernard-Pages.html

James Sacré passe son enfance dans la ferme de ses parents en Vendée. Il est d’abord instituteur puis instituteur itinérant agricole, il part, en 1965, vivre aux États-Unis où il poursuit des études de lettres. Il y enseigne à l’université de Smith College dans le Massachusetts. Il fait également de nombreux séjours en France et ailleurs en Europe : l’Italie, la Tunisie, le Maroc. En 2001, il rentre en France et réside depuis à Montpellier.
Il commence à écrire dans les années 1970, en plein littéralisme. Son premier livre s’intitule néanmoins Cœur élégie rouge. Les sentiments ne seront donc pas absents de cette écriture. L’auteur a par ailleurs consacré sa thèse de doctorat au Sang dans la poésie maniériste.
C’est donc d’emblée une poésie charnelle qui s’écrit, associant étroitement le cœur qui aime et celui qui bat, le cœur qui saigne et celui qui nous fait vivre de sa régulière pulsation. James Sacré est très attaché au paysage, et à la géographie. De nombreux textes sont consacrés au terroir de l’enfance. Les motifs centraux en sont la maison, la ferme, le jardin et le village.
La mémoire joue un rôle important : tout un travail de remémoration est à l’œuvre afin de rendre le passé aussi vivant que le présent et de les fondre l’un dans l’autre. La poésie de James Sacré n’est pas pour autant égocentrée, elle s’ouvre à l’autre, l’appelle et l’accueille. Les voyages sont l’occasion de repenser l’identité, l’altérité et la relation amicale ou amoureuse. La passion de l’auteur pour le Maghreb, donnant lieu à de nombreux voyages, donne aussi naissance à de nombreux livres. La poésie est alors animée par un désir d’ouverture et de chaleur, de coprésence heureuse avec l’autre. Elle cherche une manière heureuse d’être ensemble, qui laisse s’écouler le temps avec douceur.